Négociation Egalité Professionnelle


Le Compte n’y est pas : la direction refuse même des mesures qui ne coutent rien ! (voir quelques exemples ci dessous)

Le projet d’accord de la direction consiste à 80% en une reprise (assumée) des mesures légales existantes et applicables, issues du code du travail, de la convention FNIL ou des accords en cours dans l’entreprise…

Les mesures proposées par la CGT ont pour objectif de supprimer les inégalités Femmes Hommes, par exemple :

  • en permettant aux pères un congé paternité plus important via le financement d’un congé supplémentaire de 2 semaines -> Refusé par la direction
  • en créant une absence autorisée payée pour les 2 parents se rendant aux « visites médicales obligatoires » de grossesse (ces 2 mesures en faveur du « temps personnel » pour les 2 parents) -> Refusé
  • en créant le droit de refuser les déplacements ou toute heure dépassant 7h30/jour pour les femmes enceintes, les parents d’enfant de moins de 6 mois, les séniors de plus de 58 ans, le personnel en situation de handicap (cette mesure pour limiter les contraintes et la pénibilité, et favoriser le « temps personnel ») -> Pas de réponse
  • en appliquant une dégressivité du salaire sur 18 mois lors d’un passage à temps partiel après un congé maternité, paternité, d’adoption, et pour les séniors à partir de 58 ans (cette mesure pour favoriser le « temps personnel », et maintenir les femmes dans l’emploi après 58 ans et jusqu’à l’age de la retraite (les indicateurs de l’entreprise montrent une diminution des femmes séniors dans l’effectif pourtant très féminin dans l’entreprise)) -> Refusé
  • en augmentant la durée de repos entre 2 jours de travail consécutifs à 13 heures (11 heures aujourd’hui) -> Pas de réponse
  • en fixant un budget annuel destiné à combler les écarts de rémunération entre les femmes et les hommes -> Refusé

La direction a cependant accepté :
– de valoriser de 1 jour le congé pour enfant malade (la CGT a demandé 2 jours)
– la création de 1 jour de congé « présence au chevet » conjoint et ascendant (la CGT réclame cette mesure depuis des années à hauteur de 3 jours. Pourquoi ? car ce sont souvent les femmes qui accompagnent les ascendants)

Concernant les mesures refusées avec un budget de 0 euros, il y a par exemple :
– Rajouter un paragraphe sur le sexisme dans le préambule de l’accord,
– Rappeler à l’ensemble du personnel que le temps partiel ne constitue pas une marque de désintérêt pour l’activité professionnelle,
– Lister les postes incompatibles avec le temps partiel – Mener une enquête annuelle auprès du personnel sur le sexisme.

Pourtant, le constat à Danone Research c’est :

  • Écart de salaire moyen en défaveur des femmes de : 19% en 2015, 21% en 2016, 22% en 2017
  • Les femmes ont très majoritairement un Total Cash inférieur à leur médiane de référence (pas le cas pour les hommes)
  • Les femmes sont surreprésentées dans les situations de souffrance au travail

Prochaine étape :  La direction devrait nous présenter les mesures unilatérales qu’elle souhaite mettre en place. Puis une négociation d’un accord Danone National devrait débuter en 2019 ? 2020 ?

 

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *